Motifs d’Oslo dans l’art de Munch - Articles - visitoslo.com

Motifs d’Oslo dans l’art de Munch

Quelques points de rencontre entre la vie d'Edvard Munch, son art et la ville.

Oslo, ou Kristiania, comme la capitale s’appelait à l'époque de Munch, n'a pas vraiment été un thème central de l'art de Munch. Mais certains endroits dans ou près de Kristiania, qui ont été importants pour Munch à différentes périodes, sont reproduits dans ses œuvres et nous donnent un aperçu du Kristiania tel que le voyait Munch.

 

Karl Johans gate

Dans le haut de la Karl Johans gate, entre la place Egertorget et le château, se trouvent plusieurs lieux essentiels de la vie de Munch. Dans l'immeuble « Pultosten » près de la Stortings Plass, il louait un atelier lorsqu'il était jeune artiste et recevait les conseils du peintre Christian Krohg. Le Grand Café, un établissement apprécié devenu le foyer de différents courants culturels à Kristiania, se trouvait à quelques jets de pierre de là. Le marchand d'art Blomqvist Kunsthandel, où Munch a eu plusieurs de ses principales expositions, était installé au Karl Johans gate 35. Dans le même quartier se trouvait également la salle où le chef-d'œuvre La Frise de la vie a été exposé en 1904.

 Munch a reproduit cette partie de Karl Johan dans plusieurs de ses tableaux. C'était à l'époque un lieu de promenade, comme aujourd'hui, et les tableaux montrent les habitants en train de « faire Karl Johan ». Ils varient au gré des saisons et des conditions météorologiques. Les tableaux de Karl Johan sont pour la plupart naturalistes, presque impressionnistes parfois, comme L’Avenue Karl Johan au printemps (principal tableau ci-dessus).

 

Karl Johan
Karl Johan
Photo: Herman Neupert/Oslo Museum / Edvard Munch/KODE Bergen

 

L’œuvre angoissée Le Soir sur l’avenue Karl Johan (1891) est cependant d'une toute autre nature. Il s'agit là de l’avenue Karl Johan vue et peinte par l'expressionniste Munch.

 

Le fjord de Kristiania

Le Cri est le motif le plus célèbre de Munch : un visage angoissé dans un paysage déformé, sur fond de ciel rouge sang. Ce motif lui aurait été inspiré lors d’une promenade du soir sur la colline d’Ekeberg, un lieu de promenade apprécié des habitants de Kristiania. Munch écrivit lui-même un texte à propos de ce motif:

 

« Je marchais le long de la route avec deux amis – le soleil se couchait. J’ai ressenti comme un souffle de tristesse. Soudain le ciel devint rouge sang. Je m’arrêtai, m’appuyai contre la barrière, épuisé – je vis les nuages en flammes comme du sang et des lances au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville. Mes amis continuèrent de marcher, et je suis resté là tremblant d'anxiété. J’ai ressenti comme un grand cri infini déchirer la nature. »

 

View from Ekeberg
View from Ekeberg
Photo: Nasjonalgalleriet / VisitOSLO/Tord Baklund

 

Le Cri est avant tout un paysage intérieur et une abstraction - une illustration de l’homme moderne angoissé. Les contours de la vue depuis le versant d’Ekeberg vers le fjord se devinent, avec la baie de Bjørvika, où se trouve aujourd’hui l’opéra, et la pointe avec la forteresse d’Akershus à l’arrière-plan.

 

Ekely

Après les années de maturation à Kristiania, Munch est resté longtemps à l’étranger. Lorsqu’il venait en Norvège, il séjournait généralement dans le sud du pays. En 1916, il revint cependant dans la région de Kristiania, plus précisément dans la propriété Ekely à côté de la capitale. En raison de différents conflits personnels, Munch a qualifié Kristiania de « ville de l’ennemi » durant presque toutes les années 1900, et il vivait à Ekely dans un grand isolement.

Sur le plan artistique, il était toujours productif, et Ekely est notamment reproduit dans plusieurs tableaux hauts en couleurs.

 

Munch's home at Ekely
Munch's home at Ekely
Photo: The Munch Museum/ E. Munch: Epletre i Hagen/Munch Museum
Visitoslo.com uses cookies

for statistics etc. By using the site, you consent to our use of cookies. Read more.

Close